Allaitement et et vitamine D: supplémentation du bébé via le lait maternel

Rappelons que les besoins pour une femme allaitante sont de 400ui à 2000ui/jour. Car la femme enceinte et allaitante peut facilement avoir un déficit de vitamine D, on appelle cela une hypovitaminose.

Ceux des bébés allaités sont de 1000ui à 1200ui /jour. Et 1200ui à 1600ui/jour pour les bébés prématurés et ceux avec une peau pigmenté. 400ui à 600ui sont nécessaire pour des bébés nourris aux PCN.

La vitamine D se trouve où?🧐

Principalement grâce à l’exposition aux UVB, mais on en retrouve aussi dans l’alimentation (poisson gras, saumon maquereaux ect), le jaune d’œuf et certains champignons. La métabolisation de la vitamine D est propre à chaque personne, et peut être différente en fonction de la pigmentation de la peau et du poids. Une personne à la couleur de peau plus foncée, contenant donc plus de melanine ou une personne obèse aura du mal à métaboliser la vitamine D. Les besoins pourront donc être potentiellement augmentés. Ça depends aussi du de la latitude, de la saison, de l’heure et de la durée d’exposition aux UVB (Attention les fenêtres filtrent les UVB), de la surface de peau exposée et d’utilisation ou pas de crème solaire.

Pourquoi se supplémenter ? 🧐

Selon plusieurs études le déficit en vitamine D de la population est réel, les risques supposés ou réel d’une hypovitaminose D sont:

Cancer

Maladie cardio-vasculaire /hypertension

Diabète type 2 et obésité Allergies alimentaire

Réponse immunitaire

Fonctionnement neuropsychologique

Performance physique

Pré-eclampsie, hypertension gestationnelle

Santé osseuse (rachitisme…)

Supplémenter bébé par la maman c’est OK?🧐

Justement le cœur de mon article.

Il est fait mention que 4000ui à 5000ui/j couvrirait potentiellement les besoins d’un bébé (à hauteur minimale de 400ui/j). Pour un minimum de 400ui/j par la mère il y aurait 130ui/L dans le lait maternel après 3 mois de supplémentation. Le bébé exclusivement allaité reçoit donc potentiellement 20ui/kg/jour avec une supplémentation faible à modérée. Certaines études faisant mention de 6400ui afin que les besoins de bébé soient comblés, ce qui donnerait, après 4 mois de supplémentation un taux de 60ui/kg/j pour le bébé. Ceci est valable pour les bébés en allaitement exclusif dont le rythme de tétées est assez conséquent pour permettent une transmission effective par le lait de la mère.

Enfin il reste difficile de savoir si le bon dosage est attribué au bébé par le lait de la mère au vu de la métabolisation unique et propre à chaque personne.

Oui mais 6400ui / jour pour une maman y a t il un risque de toxicité ? 🧐

Les recommandations de la HAS font état d’un taux de 10 000ui/ jour pour atteindre un seuil toxique, et stipule qu’il est très peu probable d’observer des taux de toxicité avec des doses inférieures à 10000ui journalières. Une autre revue médicale quant à elle parle carrément de 100 000ui/jour afin d’atteindre un seuil toxique et dit que le déficit en vitamine D est élevé tandis que le risque de surdosage est quasi nul. Ceci dit les évaluations de ces seuils n’ont pas forcément été étudiés sur des mois, voie des années. Il serait intéressant dans ce cas précis de faire évaluer le taux de 25 OH- vitamine D de la mère.

Mes conseils ? 🧐

Si la mère souhaite se supplémenter elle même afin de supplémenter son bébé via son lait maternel, il est préférable de le faire durant la période d’allaitement exclusif (6 mois recommandé – OMS). Par contre ça n’assure pas qu’un seuil composé entre 4000 et 6400ui couvrent automatiquement les besoins journaliers du bébé,  car la métabolisation est propre à chaque personne. Seul un dosage de la 25-OH-vitamine D peut permettre de connaître réellement le taux de vitamine D. La vitamine D² (vitamine D végétale) est préférable sur des supplémentions espacées, mais la D³ (d’origine UVB) est aussi efficace avec des doses journalières.

*Cet article n’a pas pour but de débattre de la vitamine D médicament VS compléments alimenatire mais juste parler de dosage.

Marina Boudey conseillère en allaitement en présentiel dans le sud de l’Ardèche ou en visio dans toute la France

Sources:

Vitamine D – 2021 – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK500914/#!po=1.08696

HAS – Rapport d’évaluation technologique- unité clinique du dosage de la vitamine D – 2013

La presse médicale volume 40 / n°7-8 – 2011 HAS -Commission de la transparence- Avis- 17 Décembre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.